PTB, sp.a et Groen réclament des sanctions fermes contre Israël

Les députés fédéraux se sont insurgés contre les opérations militaires menées à Gaza par l’armée israélienne. L’attaque délibérée de civils par l’État hébreu constitue une violation flagrante du droit international et ne peut à ce titre rester impunie, ont-ils déclaré vendredi lors d’un échange de vues à la Chambre avec le ministre des Affaires étrangères.

Les sanctions condamnant l’usage d’armes militaires contre des civils, « cela vaut pour Israël, pour le Hamas et pour l’Autorité palestinienne », a estimé ce vendredi Dirk Van der Maelen (sp.a), président de la Commission des Relations extérieures de la Chambre.

Un avis partagé par les parlementaires de Groen et du PTB. L’écologiste flamand Wouter De Vriendt a déploré l’inconsistance des mesures prises par la Belgique, exemple de « l’indolence des pays européens » alors que « le radicalisme ne cesse de progresser » dans les deux camps.

« Il s’agit d’une agression de la part d’un État colonisateur qui est notre partenaire commercial », signalait de son côté Raoul Hedebouw. La figure de proue du PTB a réclamé des sanctions claires telles que la suspension de l’accord de coopération économique privilégiée entre Israël et l’Union européenne, l’embargo sur toute forme d’aide militaire ainsi que l’interdiction des échanges entre les entreprises belges et les sociétés actives dans les territoires soumis à l’occupation.

« Il n’y a pas d’égalité entre les deux parties »

Les récents et funestes enlèvements en Cisjordanie, de trois étudiants israéliens retrouvés morts et d’un adolescent palestinien brûlé vif par des Juifs extrémistes, n’ont qu’augmenté d’un cran l’insoutenable tension au Proche-Orient. À l’origine du conflit, il y a l’occupation illégale par Israël, depuis déjà 60 ans, d’une partie du territoire attribué aux Palestiniens, a assuré le président de la Commission.

Une inégalité que l’on perçoit nettement dans cette confrontation armée entre la quatrième force militaire du monde et l’une des populations les plus pauvres de la planète, poursuit Dirk Van der Maelen. Opérations délibérément disproportionnées, punition collective contre les Palestiniens, il cite les termes employés par le vice-premier ministre britannique pour qualifier les attaques sur Gaza .

Donc « si Israël enfreint le droit international, nous devons oser parler de sanctions », simple question de cohérence de notre politique étrangère, affirme le socialiste flamand, comme « l’Occident le fait à l’encontre de la Russie » dans le cadre du conflit ukrainien.

Crimes de guerre

L’offensive terrestre d’Israël se poursuit, le bilan des victimes civiles s’alourdit © Reuters

Impossible de désigner les bons et les méchants dans ce conflit armé qui a déserté les champs de bataille pour prendre les civils pour cible. Tant dans les rangs du Hamas, cette organisation terroriste avec laquelle le ministre des Affaires étrangères a rappelé en Commission qu’il n’entamerait pas de dialogue politique, que dans les troupes de Tsahal, l’armée de défense d’Israël.

Les groupes de résistance ne sont pas dispensés de l’obligation morale de distinguer les civils des militaires. Israël contrevient à cette règle humanitaire de base, s’inquiète pour sa part Wouter De Vriendt (Groen), sous prétexte qu’elle recourt aux frappes d’avertissement dites knock on the roof: un missile voulu non létal s’abat sur un immeuble pour permettre aux habitants d’évacuer en une quinzaine de minutes avant l’arrivée du bombardement. « Il ne s’agit nullement de légitime défense », insistait De Vriendt.

Le représentant des verts néerlandophones a lui aussi plaidé en faveur de la suspension des livraisons d’armes aux divers acteurs impliqués dans le conflit, en ce compris les pays que l’on soupçonne de monnayer leurs armements avec le Hamas. Non pas pour mettre un terme au commerce mais pour au moins sensibiliser.

Il a également évoqué l’interdiction officielle de la vente de produits issus des territoires palestiniens illégalement occupés. Par ailleurs, la Belgique pourrait soutenir l’adhésion de la Palestine à la Cour pénale internationale, « les deux parties seraient alors appelées à rendre compte de leurs actes ».

Indifférence de la communauté internationale

« Entre 1947 et 2009, trente-quatre résolutions des Nations Unies ont condamné l’État d’Israël », a précisé le député PTB, « le gouvernement belge devrait prendre une position de principe contre l’apartheid en Israël ».

Le parti travailleur requiert à cet égard une condamnation urgente et ferme de l’agression contre Gaza, à l’instar de la décision cette semaine des députés chiliens. Le parlement de Valparaiso a gelé sine die les relations commerciales et les négociations sur l’accord de libre-échange avec Israël.

« Aussi longtemps qu’Israël sent qu’il peut fouler impunément du pied le droit international parce que l’Occident continue de l’accepter sans broncher, il n’a aucune raison de changer d’attitude », conclut Dirk Van der Maelen.

.

Des questions, remarques ou suggestions ?
N’hésitez pas à me contacter par mail en cliquant ici
et sur les réseaux sociaux via @francois_remy ou francoisremy

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s