Un cadastre des médecins actifs est déjà exploitable

Un cadastre de l’offre médicale couplant (enfin) les données de l’Inami et celles du SPF Santé est déjà opérationnel. Ce rapport prévoit, sur base des médecins réellement actifs, l’évolution de la force de travail jusqu’en 2037. Il y apparaît entre autres une carence en généralistes qui n’aura de cesse de s’aggraver. Du reste, l’offre médicale se maintiendra au prix d’une hausse du nombre de praticiens travaillant globalement moins. Modernisme, féminisation et vieillissement obligent. Reste à savoir pourquoi ce document demeure confidentiel alors que l’attente de sa publication se veut presque messianique. Peut-être à cause des lacunes importantes qu’il présente.

Prévu au plus tôt pour 2015 par la ministre De Block, le « cadastre amélioré » doit croiser les informations émanant du SPF Santé publique et de l’Inami afin de préciser l’activité réelle des médecins et d’adapter les quotas en fonction.
Ce fameux document est en fait déjà exploitable. Des centaines de pages de tableaux, courbes et autres projections pluriannuelles du nombre de médecins ventilés selon la spécialité, la langue, le sexe et l’activité.

C’est un rapport intermédiaire de la Cellule Planification de l’offre des soins de santé qui base ses scénarios prévisionnistes sur la situation au 31 décembre… 2012. Car il existe un retard assumé de minimum de deux ans pour obtenir les données complètes. Le modèle décrit l’évolution à cinq ans d’intervalle, de 2017 à 2037, du « stock de médecins » en âge de travailler (25-69 ans) et de leurs prestations dans le cadre de l’assurance obligatoire (équivalents temps plein, ETP).

Mais ce « nouveau cadastre » fait abstraction de paramètres essentiels tels que l’évolution démographique, la répartition géographique des professionnels ou encore la variable « nationalité » alors que le rapport concède que « le nombre de candidats et de médecins de nationalité étrangère a fortement augmenté ». Ces lacunes expliquent peut-être pourquoi le document reste confidentiel pour l’heure.

Chute du nombre de généralistes

mg cellule planification cadastre inami spf
Pour survoler les données interactives cliquez ici

Parmi les nombreux enseignements de ce rapport, les données tendent à valider le scénario de pénurie des médecins de famille. Il est généralement admis qu’une région présente une déficience en généralistes lorsqu’elle dénombre moins de 9 médecins pour 10.000 habitants. Or, la densité globale de MG évolue dès le départ sous ce « seuil de pauvreté médicale » : 14.277 agréés en médecine générale, dont 8.459 (59%) équivalents temps plein (ETP), soit un médecin pour 1.300 habitants. Et cette tendance ne devrait que s’amplifier. À l’horizon 2022, la cellule Planification prévoit 7.670 généralistes ETP. Le nombre flirte même avec les 6.000 dès 2032. Cela représente moins de 6 généralistes pour 10.000 habitants à périmètre démographique inchangé !

Les francophones moins travailleurs ?

L’effet conjugué du modernisme, de la féminisation et du vieillissement ne se limite pas à la médecine générale. Sur l’ensemble des 34 spécialités étudiées, l’offre médicale devrait se maintenir au prix d’une hausse du nombre de médecins actifs (d’environ 32.000 à 34.000 praticiens) car le taux d’occupation perdra au moins 600 ETP d’ici 2032.

Autre observation à méditer: le taux d’occupation d’un généraliste ou d’un spécialiste francophone ressort généralement plus basse que celle de son confrère flamand. Épicurisme francophone ou zèle flamand, ce genre de données aura surtout tendance à accentuer la pénurie de généralistes.

.

À lire en détail dans le Journal du médecin de ce vendredi 14 novembre

.

Des questions, remarques ou suggestions ?
N’hésitez pas à me contacter par mail en cliquant ici
et sur les réseaux sociaux via @francois_remy ou francoisremy

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s