L’ancien patron de Delhaize empoche 700.000 euros en stock option

Delhaize frans muller et pierre olivier beckers

Ironie de l’agenda. En plein dialogue social sur fond de licenciement collectif, Pierre-Olivier Beckers a exercé des dizaines de milliers d’options. L’ex-patron et actuel administrateur de Delhaize s’est ainsi accordé un gain d’environ 720.000 euros.

Les syndicats et la direction de Delhaize multiplient les rencontres pour organiser le licenciement de 2.500 employés, la fermeture de 14 magasins et autres ajustements de la masse salariale restante. Certains clients s’inquiètent du sort de leur supermarché local ou de l’approvisionnement des rayons. Pendant ce temps-là, l’ex-CEO et actuel membre du conseil d’administration de l’enseigne au lion en profite pour toucher un boni sur ses stock options, indique le site de la FSMA.

La semaine dernière, le vendredi 14 novembre, Pierre-Olivier Beckers exerce, en deux temps, 131.000 options sur ADS, des « American Depositary Shares ». Ce sont des titres cotés à la Bourse de New York représentant la possession d’actions d’une société non américaine, en l’occurrence Delhaize. Les actions ordinaires sous-jacentes sont détenues par une banque américaine, ici Citibank, qui agit en tant que banque dépositaire. Le détenteur d’une ADS bénéficie ainsi des droits au dividende et des droits de vote liés à l’action sous-jacente. Depuis le 7 avril dernier, 4 ADS représentent 1 action du groupe Delhaize.

Pour en revenir à la transaction de l’ancien boss, le montant s’élève alors à 1,64 millions de dollars. Le même jour, le baron Beckers vend les 32.800 actions issues de l’exercice d’options pour 2,36 millions de dollars. Ce jour-là sur les marchés des changes, un euro valait 1,2521 USD. Pierre-Olivier Beckers a vraisemblablement dégagé un gain de l’ordre de 567.000 euros (731.301 dollars).

Deux jours auparavant, POB avait déjà tiré profit d’options sur actions ordinaires. Après avoir activé plus de 21.000 contrats pour 1,05 million d’euros, l’administrateur de Delhaize avait ensuite cédé l’ensemble des titres sous-jacents pour 1,21 million. Soit une plus-value de 161.000 euros.

Résultat global des opérations boursières: ±728.000 euros.

Travailleurs ou clients s’indigneront peut-être de ce responsable d’un groupe en procédure Renault qui parvient à s’adjuger un sympathique profit grâce aux propres actions de ce groupe. En tout cas, cela ne rebutera pas Konstantinos Macheras. Le directeur général des activités de Delhaize dans le Sud-Est de l’Europe s’est octroyé de la même façon quelque 130.000 euros de gain en septembre dernier.

Ainsi va la rémunération dans une grande entreprise cotée. Pourquoi en irait-il autrement chez les dirigeants de l’enseigne au lion. C’est la loi… de la jungle financière.

.

Des questions, remarques ou suggestions ?
N’hésitez pas à me contacter par mail en cliquant ici
et sur les réseaux sociaux via @francois_remy ou francoisremy

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s