La Russie abriterait-elle son argent dans un bunker financier belge?

poutine

Moscou rapatrierait des milliards de dollars d’actifs jusque-là en dépôt aux États-Unis sur des comptes européens. Et ce, pour se protéger d’un éventuel embargo qu’imposerait Washington. Selon toute vraisemblance, ces titres atterrissent à Bruxelles, chez Euroclear, nous rapportent des sources financières. Le Trésor américain et la Banque de Russie n’infirment pas cette thèse.

Les relations diplomatiques entre Barack Obama et Vladimir Poutine se sont dégradées en mars 2014 au sujet d’une petite péninsule mouillant en Mer noire nommée Crimée. Depuis ces tensions géopolitiques, pressée par la fuite simultanée de 50 milliards de dollars de capitaux privés au premier trimestre, Moscou a envisagé tous les cas de figure, en ce compris le gel de ses actifs financiers reposant dans des banques américaines. La Russie détenait encore en février 126 milliards de dollars rien qu’en bons du Trésor US. Position ramenée depuis à 108 milliards en novembre dernier.

Avec les accès de violence observés dans des régions séparatistes de l’Ukraine, le scénario de sanction économique musclée imposée par les Etats-Unis serait pris très au sérieux. Au point, nous rapportent certaines sources financières, que la banque centrale de Russie a déjà rapatrié une partie de ses actifs libellés en billets verts dans des centres financiers d’Europe.

La chute d’une centaine de milliards de dollars accusée mi-mars par les volumes des Treasury bonds conservés par la Fed pour des institutions étrangères avait éveillé les soupçons à l’égard de Moscou. À décharge, la baisse du niveau des dépôts de la banque centrale américaine avait très vite été partiellement comblée, laissant entendre que la Russie n’était pas seule aux commandes.

Ensuite, la banque centrale russe a très bien pu revendre ses titres de dette américaine, ne serait-ce que pour stimuler le cours du rouble. Mais cette vente massive des obligations gouvernementales US se serait reflétée dans les rendements. Or, le taux à 10 ans américain a oscillé autour de 2,6% pendant des mois. Tout cela plaide donc en faveur du transfert hypothétique sur des comptes étrangers, et pourquoi pas européens. Les autorités russes ont l’embarras du choix pour placer leurs billes.

Si ce n’est que, le candidat dépositaire était tout désigné. Une entreprise domine le marché des activités de centralisation des titres. Ce prestataire, donnant accès direct aux places financières russes, est une société de droit belge: Euroclear.

« Business as usual »

Selon des intervenants de marché, la probabilité que l’institution monétaire moscovite ait viré une partie de ses actifs US chez Euroclear apparaît comme forte, pour ne pas dire évidente.

Contacté par nos soins pour valider ce qui reste une présomption, le géant des services post-marché n’a évidemment pas souhaité interpréter ces mouvements financiers. « Euroclear ne livre aucun commentaire sur les titres détenus pour le compte de ses clients », a sans surprise précisé le responsable de la communication.

Il ne s’agirait pourtant là que d’un « smart move », nous précise un trader en obligations. « Ce serait juste très malin de la part de Poutine de contourner de la sorte le gendarme international, très malin et on ne peut plus légal », insiste-t-il.

Euroclear n’aurait donc pas à rougir de la crédibilité dont bénéfice l’enseigne financière auprès de clients souverains, même lorsque celle-ci sert de rempart contre l’armée administrative des États-Unis. Si les avoirs russes ont bel et bien été transférés sur les comptes belges, cela offre à la Russie une certaine protection contre un embargo américain.

En revanche, si l’Europe venait à prendre une mesure confiscatoire, Euroclear se conformerait à la directive et collaborerait avec les autorités compétentes. Mais la situation n’en est pas là. Pour l’heure, il n’y a apparemment pas de ligne directrice ou de protocole à suivre dans l’éventualité d’un gel des avoirs russes, « c’est business as usual », pouvait-on entendre dans les couloirs bruxellois.

Américains et Russes sur la même longueur d’onde

Interrogé sur le sujet, le responsable de la communication liée aux sanctions financières du Trésor américain n’a pas réfuté la thèse du transfert mais a préféré ne pas aborder de cas particulier parce qu’il s’agissait de détention de titres par des banques centrales. Dans son entourage, on nous a toutefois conseillé de demander directement aux Russes.

Contactée par nos soins, la Banque de Russie n’a pas non plus infirmé le raisonnement visant Euroclear. Mais la porte-parole de la banque centrale moscovite nous a signalé qu’aucun commentaire officiel sur la gestion des actifs libellés en dollar ne nous serait donné avant septembre.

Une période de prudence imposée par la sensibilité de l’information, précise-t-elle, « étant donné la grande réactivité des cours sur les marchés financiers mondiaux aux positions prises par d’importants intervenants de marché, la Banque de Russie incluse ».

.

Des questions, remarques ou suggestions ?
N’hésitez pas à me contacter par mail en cliquant ici
et sur les réseaux sociaux via @francois_remy ou francoisremy

.

*Remarque
Ce billet est une réédition de mon article initialement publié dans L’Echo du 10 avril 2014.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s