Plus de 204.000 déclarations de don d’organes

dons d organes

Nouveau record. Selon les derniers chiffres communiqués, 204.324 déclarations de consentement au don d’organes ont été enregistrées en 2014. Et il s’agit de données encore partielles. Sur les dix dernières années, le nombre d’accords au prélèvement a ainsi plus que quintuplé. Faut-il y voir l’influence des campagnes de sensibilisation ? En tout cas, un vaste projet destiné aux jeunes est en cours d’élaboration, a annoncé la ministre de la Santé.

Les démarches de consentement au don d’organes ont encore pris de l’altitude par rapport au pic symbolique des 200.000 déclarations franchi en octobre dernier. Mais, surtout, ces marques d’accord devancent très nettement les avis d’opposition, établis depuis à 186.612. C’est ce qu’il ressort des données du Registre national communiquées par écrit ce lundi à la députée Sabien Lahaye-Battheu (Open Vld) par la ministre de la Santé publique.

Or, le record devrait encore s’accentuer puisque ces statistiques ont été arrêtées au 18 novembre 2014. Compte tenu de l’évolution (graphique ci-dessous), il ne serait pas impossible que le nombre total oscille entre 205.000 et 210.000 déclarations. Les chiffres définitifs sont généralement publiés à la fin du mois de janvier par le service dédié du SPF Santé, Beldonor.

Tout porterait à croire que le don d’organes bénéficie d’un intérêt grandissant, conséquence probable des nombreuses campagnes de sensibilisation. En 2009, seuls 90.379 déclarations d’accord avaient été introduites, contre 196.161 oppositions. Soit moins de la moitié. Et en 2004, ces consentements représentaient à peine 30.000 formulaires.

En une décennie, le nombre de candidats donneurs a ainsi bondi de plus de 545% ! Quant aux opposants, ils semblent irréductibles. Les déclarations de refus ont diminué de l’ordre de 3% depuis 2005.

Pour mémoire, la loi belge a instauré un système d’opting-out, cela signifie que tout citoyen est considéré comme donneur présumé, à moins qu’il ait exprimé une opposition de son vivant ou que sa famille n’accepte pas la procédure.

Organes effectivement prélevés

Si le nombre de déclarations de consentement décrit une nette augmentation, la progression des procédures de prélèvements ne suit pas strictement la même tendance. Pour que l’organe soit effectivement prélevé, le donneur doit remplir des critères très rigoureux et la première raison de non prélèvement reste la contre-indication médicale.

Ainsi, du 1er janvier au 31 octobre 2014, 240 procédures ont été effectuées, contre 249 pour la même période en 2013 et 306 sur l’ensemble de l’année, détaille la ministre de la Santé.

À titre indicatif, l’organe essentiellement transplanté reste le rein (65%), suivi de loin par le foie entier et les deux poumons. Et au 31 décembre 2014, selon les données d’Eurotransplant, 1.072 organes ont été transplantés chez nous (965 dons post-mortem et 107 de donneurs vivants). Tandis que 1.248 patients étaient sur liste d’attente, contre un peu plus de 1.160 un an plus tôt.

Il convient de poursuivre les efforts. Maggie De Block a d’ailleurs précisé qu’un vaste projet de campagne de sensibilisation destinée aux jeunes est en cours d’élaboration. « Celle-ci s’étendra sur l’ensemble de l’année 2015 et se clôturera dans le cadre de la Journée Européenne d’octobre 2015 ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s