La Belgique 3ème détenteur mondial de dette américaine depuis un an

TIC data top 10 18 02 15

La Belgique occupe depuis janvier 2014 la troisième position du classement des créanciers internationaux de Washington. Mais les paradis fiscaux des Caraïbes ont nettement réduit l’écart avec notre petit pays, selon les statistiques publiées ce mercredi par le Trésor américain.

Le même running gag depuis douze mois consécutif. En janvier 2014, la Belgique s’était invraisemblablement hissée sur la dernière marche du podium des créanciers des États-Unis, aux côtés des géants japonais et chinois. Avec plus de 310 milliards de dollars de titres, notre petit royaume occupait ainsi une place traditionnellement disputée par l’Opep ou ce que les trésoriers américains nomment les centres bancaires des Caraïbes, le regroupement des Bahamas, Bermudes, îles Caïman, Antilles néerlandaises et du Panama.

Un an après, ce montant s’élève à 335,4 milliards USD (+8%), après avoir touché un sommet historique à 381,4 milliards en mars 2014. Les argentiers de l’Oncle Sam ne s’expliquaient pas cette hausse de régime inattendue de la part de la Belgique. Surtout que la somme attribuée représente près de 80% de notre produit intérieur brut.

En revanche, le Trésor américain a toujours tenu à préciser que l’appellation « Belgique » ne renvoyait peut-être pas aux investissements réels de la Banque nationale de Belgique. La détention de titres US par l’ensemble des résidents belges dépasse vaguement les… 5 milliards de dollars, vous répondrait la BNB. Les données de Washington ne reflètent donc pas l’identité du pays détenteur mais celle de l’endroit d’hébergement.

Belgium Treasury Holdings 2015 02 18
Valeur des titres du Trésor américain conservés en Belgique – infogram

Or, Bruxelles est le siège d’une société nommée Euroclear, dont le rôle est justement de centraliser des titres. Et pour imaginer l’envergure de ce dépositaire, chaque année y sont gérés 24.000 milliards d’euros d’actifs et 570.000 milliards d’euros de transactions pour plus de 2.000 institutions financières dans 90 pays.

Tout cela est fort joli pour les fétichistes des gros chiffres mais surtout fort connu depuis. Par contre, en l’espace d’onze mois, on n’a toujours pas formellement identifié ce fameux client d’Euroclear qui achète et vend massivement ses titres de dette américaine sous le faux nom de la Belgique.

Car 46 milliards de dollars ont quitté les comptes belges depuis mars 2014 et les Caraïbes filent désormais sérieusement le train de la Belgique. Après une remontée dans le classement d’une vingtaine de milliards, un peu moins d’1,5 milliard sépare désormais les paradis fiscaux de « notre » 3ème place.

.

.

Des questions, remarques ou suggestions ?
N’hésitez pas à me contacter par mail en cliquant ici
et sur les réseaux sociaux via @francois_remy ou francoisremy

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s