Maggie De Block perd(rait) ses économies

 

Une petite bombe à retardement pour la comptabilité du SPF Santé, que s’ingénient à désamorcer ses services juridiques. Conséquence d’un arrêt du Conseil d’État, la ministre De Block se voit théoriquement contrainte de rembourser les 18,7 millions d’euros d’économies réalisées sur la durée de séjour pour les accouchements à tous les hôpitaux du pays.

Bonne nouvelle pour Epicura. Sa requête a été récemment suivie par la section contentieux du Conseil d’État. Le centre hospitalier hennuyer s’estimait lésé par la façon dont la mesure d’économie relative au séjour en maternité avait été mise en oeuvre.

« La ministre a décidé de réduire de manière arbitraire la durée d’un demi-jour en 2015. Ça, on l’a vécu sans ménagement. La façon de décider était discutable mais nous avons en fait contesté l’effet rétroactif de l’application de la mesure », explique Fabienne Draux, directrice générale adjointe d’Epicura.

Décidée au début de l’année passée, la fixation du budget pour les hôpitaux à 8,16 milliards d’euros comportait des économies planifiées sur les accouchements ordinaires. Cependant, les modalités de contribution d’Epicura à ces économies n’ont été définies par arrêté royal qu’en octobre. AR dont le Conseil d’État vient de prononcer l’annulation.

En théorie, Epicura devrait ainsi récupérer les montants prélevés. Ce qui ne porte pas sur des millions d’euros à son échelle. Mais d’autres groupements hospitaliers ont également introduit une même requête. La présente décision a de fortes chances de faire jurisprudence. Il serait alors question de rendre aux maternités… l’ensemble des économies de 2015.

À ce stade, ni le SPF Santé, ni la ministre De Block ne peuvent dévoiler les suites qui seront données à l’arrêt du Conseil d’Etat. Selon toute vraisemblance, les moyens financiers des hôpitaux devraient être augmentés de leur précédente contribution lors de la prochaine fixation budgétaire en 2017. Toutefois, dans les couloirs de l’administration, on laisse entendre qu’ « Epicura ou les fédérations hospitalières feraient mieux d’utiliser le conditionnel ». Dit autrement, la ministre, ses avocats et ses services tentent de récupérer leurs billes.

Même si Epicura entretient des rapports de confiance avec les organes fédéraux, « restons prudents et réalistes. Attendons de voir ce qui va se passer au niveau de Madame De Block », relativise Fabienne Draux. Et de ponctuer dans un large sourire : « Pour le moment c’est acquis, mais jusqu’à quand ? »

Mis en ligne à 07h30

.

〉〉〉 Résumé de l’article paru dans le Journal du Médecin du vendredi 8 juillet 2016, pp.2 à 3

.

À lire pour plus de détails

maggie de block levif.be Grain de sable dans
l’horlogerie budgétaire

Un grain de sable de plus dans l’horlogerie budgétaire du Fédéral. Un « petit » hôpital wallon a remporté une bataille juridique contre Maggie De Block devant le Conseil d’État… SUR LE VIF

.

Des questions, remarques ou suggestions ?
N’hésitez pas à me contacter par mail en cliquant ici
Ou rendez-vous sur les réseaux via @francois_remy, FranRemy ou francoisremy

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s