Le pari «forcé» de l’Unicef sur les cryptomonnaies

En France, l’agence onusienne accepte désormais les dons en jetons numériques. Un remarquable parti pris pour cette technologie émergente qui comble en fait des carences du milieu associatif.

94210703_m

De l’argent facile? Pas vraiment. En acceptant dès à présent le bitcoin et ses rejetons numériques, Unicef France poursuit plus qu’un objectif financier. « Nous n’avons pas pris cette décision en pensant uniquement à la collecte », remet en contexte Hubert Chaminade, webmarketer auprès du comité français du Fonds des Nations unies pour l’enfance. « Nous voulons braquer les projecteurs sur le monde encore mal connu des cryptomonnaies ».

Il s’agit d’une nouvelle étape logique pour l’agence française, confortée dans son approche par le succès de sa campagne auprès des joueurs sur internet. « Game Chaingers a permis de rassembler 12.000 ordinateurs qui ont, en un peu moins de deux mois, produit 85 ETH », rappelle le responsable, en citant les grandes lignes de cet appel au cryptomining mené entre février et mars.

Au moment de l’opération, 1 ETH valait entre 700 et 1000 dollars américains. On parle alors d’un financement global compris entre 50.000 et 72.000 euros. Le montant de cette première récolte n’a pourtant pas été dévoilé. Et au cours actuel du marché, cela ne représente plus que 19.805 $ (16.822 euros).

game chaingers unicef

 

Il a manifestement fallu beaucoup de monde pour recueillir pas grand-chose. Mais peu importe la somme ayant garni les portefeuilles électroniques d’Unicef France. Ça (r)éveille l’attention. Il suffit parfois de quelques miettes pour mettre l’eau à la bouche de curieux, d’hésitants, de sceptiques.

« Même si les cours ont nettement baissé, nous sommes face à une technologie qui prend de l’ampleur et nous voulons jouer un rôle de démocratisation. Le retour des premiers participants a été très enthousiaste. Cela nous a offert une belle visibilité », reconnaît Hubert Chaminade.

Cryptomarketing ?

Les devises numériques créent de nouvelles opportunités pour les organisations caritatives, ne serait-ce qu’en termes de communication. L’interaction avec un public réceptif constitue depuis toujours l’une des principales difficultés que doivent surmonter les acteurs associatifs.

« Nous n’avons pas facilement accès à certaines personnes avec les méthodes traditionnelles. Avec la crypto, nous nous adressons à des profils différents, avec des attentes différentes, mais éprouvant souvent un sentiment de communauté. La récente expérience avec la communauté des gamers l’a bien démontré », souligne le webmarketer d’Unicef France.

Trouver le même code de langage qu’un auditoire ciblé augmente les chances de répondre adéquatement aux attentes et par là de susciter un engagement plus fort. En plus, il va sans dire que demander d’allouer la puissance des cartes graphiques pour produire des tokens semble plus indiqué avec des fans de MMORPG qu’avec mamie qui sort de son atelier de scrapbooking.

unicef cryptodon 1

Evidemment, se dressent des barrières techniques, expliquant en partie la faible adoption du bitcoin après déjà dix années d’existence. Le cryptodon et sa promotion vont alors s’adresser en particulier aux plus jeunes, tombés dès la naissance dans la marmite du web et du mobile.

« Loin de dénigrer les aînés et nos donateurs, ce sont toujours les mêmes qui participent. Il y a un risque permanent de les sursolliciter », explique Hubert Chaminade.

Sans compter que le grand public a traversé une crise économique, refroidissant mécaniquement sa générosité, tandis que les milieux philanthropiques doivent composer avec une crise de confiance, encore marqués par des scandales de détournements financiers.

Soutien obligatoire

Dans ces conditions, renouveler les sources de revenus demeure une nécessité même pour une entité aussi imposante qu’Unicef France. L’arrivée des cryptomonnaies apparaît alors comme providentielle pour le secteur.

« Nous sommes forcés d’aller vers ces nouvelles technologies car il reste beaucoup d’urgences dans le monde. On pense directement à la Syrie, au Yémen. Nous avons besoin de fonds », assure notre interlocuteur.

Voilà pourquoi il est possible depuis le 19 septembre de transférer du bitcoin ($BTC), de l’ether ($ETH + tokens ERC20), du litecoin ($LTC), du ripple ($XRP), du bitcoin cash ($BCH), du dash ($DASH), du monero ($XMR), de l’eos ($EOS) et du stellar ($XLM) directement dans les wallets de l’organisation française.

unicef cryptodon 2

« Nous nous sommes concentrés sur les plus larges capitalisations de marché, sur le Top 10 basiquement. Nous n’avons pas retenu le cardano étant donné que tous nos wallets ne l’acceptaient pas. Et pour des raisons plus idéologiques si l’on peut dire, nous avons préféré le stellar au tether », détaille Hubert Chaminade.

Parallèlement, il est désormais possible de faire un « don gratuit » en minant les 6 cryptomonnaies qui sont minables pour le compte d’Unicef France (il suffit de paramétrer son logiciel avec l’une des clés de réception de l’agence).

Audace maîtrisée

On voue de plus en plus à la blockchain des vertus pour le secteur caritatif. Cette technologie de partage d’informations et de valeur permettrait d’améliorer la transparence du cheminement de l’argent récolté, d’éliminer les pertes financières en supprimant plusieurs intermédiaires, de simplifier les étapes administratives et ainsi d’optimiser la logistique.

Le Fonds d’innovation de l’Unicef a déjà investi des millions de dollars dans des projets appliquant le principe de la blockchain qui profite à l’humanité.

« C’est un acte partisan que de miser sur la blockchain. La traçabilité et l’accès aux fonds en sont des arguments. Mais c’est un domaine qui évolue si vite, nous ne voulons pas attendre que tout soit en place, que tout le monde comprenne, pour l’adopter. Car, sinon, on va retomber dans les mêmes schémas, les mêmes conditions et on va lasser le public », estime le cryptohumanitaire.

20180114_Blockchain_scroll_horizontal

Unicef France ne craint pas de se mettre à dos ses membres fidèles malgré la mauvaise réputation dont sont parfois affublées certaines monnaies numériques, sur le plan légal ou environnemental.

« Nous avons confiance dans l’amélioration continue des appareils de minage, des méthodes de consensus, des protocoles de gouvernance », affirme Hubert Chaminade.

Ajoutons que le recours aux cryptomonnaies diminue drastiquement les frais de transactions et de transfert, amortit les variations de taux de change et gomme ainsi les frontières entre terrain de récolte et terrain d’action. Ce qui en théorie accorde plus d’argent aux objectifs humanitaires et moins aux intermédiaires.

Le responsable concède d’ailleurs que ce pari sur les cryptos ne lui donne pas encore de fil à retordre avec les institutions ou autorités financières de France.

« Pour l’instant, le cryptodon est encore balbutiant et nous n’avons pas de retour des banques ou du fisc. Nous restons sur de petits montants », remarque-t-il.

Enfin, ce geste adoptif fort à l’égard du bitcoin et de ses cousines éloignées laisse à penser que l’Unicef réalisera bientôt sa propre ICO: émettre un token dédié à rendre la vie de chaque enfant meilleure s’inscrirait dans le prolongement logique de ses efforts de démocratisation.

« Notre fonds d’innovation à New York réfléchit aux utilisations de la blockchain qui permettraient de soutenir nos actions, c’est donc une piste envisagée », concède Hubert Chaminade, « mais ça n’est pas la seule et elles ne sont pas encore assez abouties pour en parler concrètement ».

Des questions, remarques ou suggestions ?
N’hésitez pas à me contacter par mail en cliquant ici
et sur les réseaux sociaux via @francois_remyFranRemy ou francoisremy

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s