Le patron de la FGTB administre un hôtel 3 étoiles

 

La disconvenance prête à sourire. Marc Goblet, la figure de proue du syndicat socialiste, gère une enseigne hôtelière de renom dans la région dinantaise. Dédit des valeurs sociales ? Non, héritage du mouvement liégeois. 

Monteur de sanitaire et chauffagiste de formation, fils de syndicaliste, porte-étendard de la FGTB, Marc Goblet ne présente pas le profil typique du gestionnaire d’hôtels de standing. Pourtant, le représentant socialiste des travailleurs siège depuis mars 2013 au conseil d’administration du Best Western Hotel de Dinant. Un établissement 3 étoiles installé dans un château du XIXe, le Castel de Pont-à-Lesse, au beau milieu d’un domaine boisé de vingt-cinq hectares, où la chambre junior coûte 145 euros la nuitée.

Par ce mandat, Marc Goblet ne renie pas pour autant ses convictions pour succomber au faste de la châtellenie. Car le Castel a longuement appartenu à… la section liégeoise des métallurgistes de la FGTB. L’organe de défense des travailleurs a racheté la propriété en 1948 aux Brugman, une famille de banquiers belges d’origine allemande, pour la transformer en centre récréatif pour affiliés, le « Castel des syndicats ».

Petite parenthèse, la notion de droit aux vacances a sa part belle dans la tradition de la FGTB, Floreal Holidays en est une preuve supplémentaire. Ce regroupement de domaines de vacances appartenant à la centrale générale entend offrir des cadres de qualité à des prix bon marché. Un business social employant près de 300 personnes et affichant un chiffre d’affaires d’une vingtaine de millions d’euros.

marc goblet castel pont à lesse acte notarial
Extraits de l’acte notarial

Pour en revenir à la vie de château des syndiqués, fin des années ’80, le secrétaire général des métallos signera un contrat de franchise avec la marque d’hôtellerie Pullman, du groupe Accor. L’établissement de tourisme social sera alors reconverti en hôtel privé.

En 2005, retour aux sources, l’asbl Castel des syndicats sera absorbée par une société commerciale constituée un an plus tôt, la SA Castel de Pont-à-Lesse. C’est l’assemblée de cette société anonyme qui a nommé Marc Goblet au poste d’administrateur l’année dernière. Depuis la franchise est passée à la concurrence américaine sous l’enseigne Best Western. Mais l’homme fort de la FGTB siège toujours aux côtés, notamment, d’une représentante permanente de la Sogepa, d’Alain Thirion, trésorier de Solidaris, ou encore du secrétaire général des mutualités socialistes de Liège, Pierre Annet.

Reste à savoir si Marc Goblet et les autres membres de la fédé profitent de quelques gracieusetés au château.

.

Mise à jour du 15 avril 2016

Chers internautes, comme souvent à l’annonce de grèves et autres actions du genre, ce billet réapparaît en partages sur Facebook. Mais suite au pic de trafic enregistré hier, une mise à jour s’imposait.

Au risque de décevoir les improbateurs du syndicat socialiste, Marc Goblet a remis sa démission depuis maintenant près d’un an. L’assemblée générale du Castel en a pris acte le 29 mai 2015 et a directement nommé un remplaçant. 

geoffrey gobletQui n’est autre que son fils, Geoffrey Goblet. « Une formalité », nous assure-t-on, « à partir du moment où Marc devenait responsable au niveau fédéral, techniquement, il n’y avait plus de raison qu’il exerce ce mandat lié à la centrale liégeoise ».

Bref, Goblet Junior, président de la régionale Liège-Huy-Waremme, achèvera ainsi le mandat de son père venant à expiration en mai 2019.

Certains s’étonnent encore de retrouver au conseil d’administration des responsables mutualistes ou des opérateurs extérieurs tels que Namurinvest ou Sogepa. Pourtant, on ne peut pas dire que cet hôtel soit aussi opaque qu’une société offshore panaméenne.

Avec publication normale des comptes, contrôle auprès de réviseurs d’entreprises, et PricewaterhouseCoopers qui passe le tout au crible, on semble loin des montages financiers reposant sur de la simple camaraderie socialiste. Par contre, les gestionnaires ne s’en cachent pas: « on est souvent à la corde en termes de résultats d’exploitation ».

La FGTB resterait d’ailleurs « une cliente comme les autres ». Et à la Centrale liégeoise, il serait même rarissime que les membres se rendent au château qui organise aussi formations et séminaires. « Et quand c’est le cas, c’est au prix du marché ».

Alors si toute l’histoire du Château dinantais de la FGTB vous intéresse, des origines jusqu’aux derniers rebondissements –abandon de la franchise Best Western par exemple– signalez-le moi, en commentaire, par mail ou via les réseaux.

Si vos demandes abondent, j’ai de quoi vous concocter un article nettement plus consistant sur ce cadeau d’un nobliau à sa maîtresse devenu fardeau de proprios antibusiness…

.

.

Des questions, remarques ou suggestions ?
N’hésitez pas à me contacter par mail en cliquant ici
et sur les réseaux sociaux via @francois_remy ou francoisremy

Publicités

Un commentaire sur “Le patron de la FGTB administre un hôtel 3 étoiles

  1. Cet article induit le lecteur en erreur avec une titraille qui sent le souffre mais une fois l’article lu, ça se dégonfle totalement. Or il y a effectivement matière à creuser, car les finances opaques des syndicats comme des mutuelles, ou en résumé des « piliers » devraient à mon sens être rendues bien plus transparentes au citoyen lambda et aux affiliés sans pour autant déforcer le droit de grève et la caisse de grève (caisse dont je me demande de plus en plus souvent si elle n’est pas vide au fond car tout le fric part « ailleurs »). Pour moi, affiliée, j’estime que je devrais savoir quelle est la vraie stratégie de chaque centrale syndicale pour pouvoir mettre le doigt sur le traffic d’influence avec le secteur privé comme public et éclairer le fait que certaines actions soient sabotées de l’intérieur dans le syndicat (FGTB en l’occurrence où je suis affiliée).

    Les mutuelles devraient elles aussi être passées au crible pour leurs pratiques RH et le double jeu qu’elles jouent sur le terrain européen comme belge en entrant dans le système de la concurrence et de l’assurance privée quand par ailleurs elles pourfendent officiellement le fait.

    Perso je suis une pro syndicaliste et néanmoins féroce critique du fonctionnement et de la non-transparence syndicale ou mutuelliste, en tant qu’affiliée je suis flouée à plus d’un égard.

    Je suis évidemment arrivée sur votre site via twitter où clairement des anti-syndicalistes font tourner votre article sans l’avoir lu. Ce serait bien de pousser plus loin vos investigations sur la question du rôle de lobby que joue les mutuelles pour pouvoir faire du profit, et de faire la clareté sur ce qu’elles défendent en réalité et qui est en complète contradiction avec leur objet social officiel.

    Ca doit servir à ça le 4ème pouvoir, n’avoir aucun intouchable quelles que soient nos convictions personnelles, les syndicats sont attaqués, c’est vrai, ce n’est pas une raison pour qu’on ne pose pas des questions de fond qui méritent d’être posées, l’institution corrompue doit être dénoncée, une institution, ça peut disparaître, du moment que le droit d’en créer une nouvelle perdure, le droit syndical est constitutionnel.

    Quant au droit à la santé, il n’a jamais été effectif pour tous, les pauvres ne sont pas comme les autres à plus d’un titre, sans oublier le droit des malades, droits qui sont violés et inconnus de nous, parce qu’on ne va pas nous donner les moyens de contester le système et de l’obliger à changer de pratiques, si celles-ci ne sont pas acceptables, légales voire justes et justifiées …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s